Ministère de l’Éducation Nationale et de l'Alphabétisation

Activités des Partenaires

22-08-2017 | UNESCO | Ministère Education Nationale

Election du Directeur Général de l’UNESCO: La Chine fait un plaidoyer auprès de Madame Kandia CAMARA

post

La campagne pour la succession de Madame Irina BOKOVA bat son plein. M. Qian TANG, Directeur  Général  Adjoint sortant  et candidat de la Chine sollicite la Côte d’Ivoire pour être élu au poste de Directeur Général de l’UNESCO.

A cet effet, il a été reçu en audience le 16 août dernier par Madame Kandia CAMARA, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Il était accompagné d’une très forte délégation. Des cadres du Ministère des Affaires Etrangères ont également assisté à cette audience au cours de laquelle le porte étendard de la voix chinoise a déroulé une partie de ses propositions.

TANG a indiqué d’entrée de jeu, que son pays a les moyens de hisser l’UNESCO jusqu’au pinacle. Si la Chine est aujourd’hui le deuxième plus grand contributeur derrière le Japon avec 10.29 %, il a déclaré qu’elle augmentera cette contribution pour être le premier Etat contributeur de l’UNESCO en 2019. Cela dit, il a posé en termes clairs ses attentes à la Côte d’Ivoire. « Notre objectif est de solliciter votre pays et votre Président pour qu’il accorde sa voix au candidat de la Chine, » a-t-il plaidé.
La première responsable de l’école ivoirienne a mis un point d’honneur à préciser qu’elle recevait M. TANG «en tant que candidat au poste de DG de l’UNESCO.» A ce titre, elle lui a souhaité la bienvenue tout en lui exprimant sa gratitude d’avoir choisi la Côte d’Ivoire pour battre campagne. «Merci d’avoir choisi de venir en Côte d’Ivoire… L’Unesco compte beaucoup de pays. En venant ici vous donnez la preuve, que vous accordez beaucoup d’importances à notre pays, » a-t-elle déclaré. Madame Kandia CAMARA a rappelé avec insistance que l’Unesco représente beaucoup pour notre pays. L’UNESCO, en effet, c’est le Prix Félix-Houphouët-Boigny, c’est la ville de Grand Bassam qui a été classée patrimoine mondial de l’Unesco… Ce sont plusieurs programmes, dont le programme Unesco-CFIT, qui dispense la formation des enseignants à distance. C’est donc pour toutes ces raisons, a-t-elle révélé, que notre pays a procédé à la réouverture du bureau de l’Unesco. En retour au plaidoyer du candidat chinois, la première responsable de l’école ivoirienne a répondu que : «Nous allons faire un rapport au Président de la République, qui va nous donner les instructions quant au vote. D’ores et déjà, nous sommes satisfaits du travail que vous avez abattu auprès de Madame la Directrice Générale… On peut imaginer ce que vous allez faire beaucoup si vous êtes élu DG. »

En attendant, l’émissaire du gouvernement ivoirien a souhaité que l’Afrique soit classée comme une priorité pour l’UNESCO, que la Côte d’Ivoire abrite un bureau régional, que tous les autres programmes initiés dans notre pays soit poursuivis…Sans doute la condition sine qua none pour faciliter le développement des Etats africains. D’où l’argumentation de Madame le Ministre : «Depuis 2015, l’école est obligatoire le taux brut de scolarisation est de 104 % et le taux net de scolarisation est de 95 %. En plus, nous avons un fort taux d’analphabètes. Or, pour qu’un pays puisse se développer, il lui faut un fort taux de lettrés… » Et d’ajouter : « Analphabétisme, éducation, santé, problèmes d’emplois, de démocratie…Tous ces maux sont surtout le lot de l’Afrique : En Europe ou en Amérique du Nord, tous les enfants vont à l’école. On n’a pas les mêmes problèmes que les autres continents. C’est pourquoi l’Afrique doit demeurer une priorité. Si toute la population est éduquée et tous les enfants scolarisés, tous ces problèmes seront résolus non seulement en Afrique, mais aussi et surtout dans le monde. »

En guise d’assurance à la Côte d’Ivoire, le candidat chinois s’est engagé à augmenter les bureaux régionaux pour qu’il y ait un bureau régional en Côte d’Ivoire et à mobiliser les pays donateurs, et à augmenter la contribution de la Chine de manière à soutenir les programmes et bien d’autres actions comme la science à laquelle M. TANG entend donner  davantage de moyens.

« On a écouté tous les candidats lors des entretiens. Mais, vous avez fait une belle prestation. Comme vous l’avez remarqué, la question qui est revenue régulièrement a été celle du financement. Or, vous avez déclaré que la Chine fera davantage. Je voudrais vous en féliciter. Car  cette question est indispensable : On peut avoir de belles idées, mais si on n’a pas les moyens ces idées peuvent rester lettres mortes, » a conclu le Ministre.

Lassina KEITA